Jan Karski : le 10e rend hommage à un grand résistant

Jan Karski (1914-2000), de son vrai nom Jan Kozielewski, est un résistant polonais et Juste parmi les Nations. Son nom a été donné à la nouvelle place située à l'intersection des rues Louis Blanc, Cail et Philippe de Girard (anciennement désignée sous le nom de "place T/10").

Pour tout savoir sur la place Jan Karski, rendez-vous par ici !

Jan Karski : qui était-il ?

Premières années

Né dans une famille de la bourgeoisie catholique, Jan Kozielewski suit de brillantes études et se destine à la carrière diplomatique.

En janvier 1939, il intègre le ministère des Affaires étrangères polonais, mais quelques mois plus tard, la Pologne mobilise ses troupes contre l'Allemagne. Appelé à rejoindre l'armée à la fin du mois d'août, Jan Kozielewski combat jusqu'en septembre, mais est rapidement fait prisonnier par l'Armée rouge. En tant que natif de Łódź, une ville occupée par l'Allemagne, il obtient d'être remis aux Allemands dans le cadre d'un échange de prisonniers polonais entre l'Allemagne et l'URSS.

La Résistance

En novembre suivant, il parvient à s'évader, et rejoint Varsovie. C'est là qu'il entre dans la Résistance. Dès cette époque, il adopte le pseudonyme de Jan Karski.

À partir de janvier 1940, Jan Karski effectue des missions de liaison avec son gouvernement, alors en exil à Angers. C'est ainsi qu'à la demande du ministre de l'Intérieur polonais, Jan Karski remet début 1940 des rapports sur la situation en Pologne, notamment sur les conditions d'existence des Juifs dans les territoires occupés par l'Union soviétique, puis dans les zone occupée par l'Allemagne.

En juin 1940, Jan Karski est arrêté en Slovaquie. Torturé, il tente de se suicider, mais parvient finalement à s'évader avec l'aide de la Résistance. Il commence alors à œuvrer pour des missions de propagande, avant d'entamer les préparatifs d'une mission de liaison auprès du gouvernement polonais à Londres.

C'est alors qu'il est contacté par des représentants de la communauté juive, qui le chargent de messages pour les dirigeants des pays alliés. Pour que Karski puisse parler comme témoin oculaire du sort des Juifs, ils lui font visiter clandestinement le ghetto de Varsovie et un camp d'extermination.

Alerter les Alliés

Ainsi, en octobre 1942, il gagne l'Angleterre, chargé par la Résistance polonaise de transmettre au Premier ministre en exil des comptes-rendus de la situation dans leur pays. C'est sur la base de son témoignage que le gouvernement polonais de Londres transmet aux Alliés, sous la forme d'une note diplomatique, un des rapports les plus précoces, précis et accablants sur l'extermination des Juifs par l'Allemagne nazie.

Cette note constitue donc un tournant dans l'information du monde libre sur la Shoah : c'est la première dénonciation officielle, par un gouvernement allié, de l'Holocauste. C'est aussi la première intervention officielle en défense de tous les Juifs victimes de l'Allemagne hitlérienne.

Jan Karski rencontre alors des représentants du gouvernement britannique, avant d'être envoyé aux États-Unis. Il rencontre des leaders de la communauté juive américaine, du gouvernement et jusqu'au président Roosevelt.

Pour autant, les personnalités qu'il rencontre demeurent le plus souvent incrédules. Lors Selborne, membre du gouvernement britannique, juge ainsi que son témoignage relève de la propagande, et Felix Frankfurter, juge de la Cour suprême américaine, se dit incapable de croire en son récit.

"Histoire d'un État secret"

En 1944, toujours en pleine guerre, Jan Karski écrit sur l'État clandestin polonais et sur la résistance polonaise le livre "Histoire d'un État secret" (Story of a Secret State), qui connaîtra un grand succès. Le récit contient notamment deux chapitres sur le sort des Juifs, dans lesquels Karski dit avoir été témoin de la Shoah en s'introduisant clandestinement dans le ghetto de Varsovie et dans le camp d'extermination de Bełżec.

Après-guerre

Après la guerre, Jan Karski reste aux États-Unis, où il enseigne les sciences politiques et les relations internationales à Georgetown. Alors qu'il avait d'abord décidé de ne plus parler de son expérience de la guerre, en particulier du sort des Juifs, il est sort de son silence lorsque des étudiants le pressent de témoigner.

À la fin des années 1970, son témoignage est à nouveau sollicité. En 1981, il intervient lors de la Conférence internationale des libérateurs, à Washington, où il évoque le génocide commis par les nazis. En 1982, il est reconnu Juste parmi les nations, car "quoiqu'il n'ait pas sauvé de Juifs, il a risqué sa vie afin d'alerter le monde". En 1985, il fait partie des témoins interrogés par Claude Lanzmann dans le film "Shoah". En 1994, il est fait citoyen d'honneur de l'État d'Israël. Et en 1999, un an avant sa mort, son livre est enfin publié en Pologne.

Inauguration de la place Jan Karski

Le 17 juin 2019, Alexandra Cordebard, Maire du 10e, a inauguré la place Jan Karski, en présence notamment de Rafał Trzaskowski, Maire de Varsovie.

Retrouvez ci-dessous le discours prononcé par Alexandra Cordebard à cette occasion (seul le prononcé fait foi) :


Mesdames et Messieurs,

Au moment d’inaugurer cette nouvelle place, je dois le dire, les sentiments se mêlent et s’entremêlent.

Il y a d’abord la joie de voir la réalisation d’un projet conduit depuis de longues années par Rémi Féraud, que je veux saluer aujourd’hui, et construit main dans la main avec les habitants du 10e, à travers le Budget participatif. Il y a l’admiration à l’évocation du souvenir d’un aussi grand homme que Jan Karski. Il y a la satisfaction de prendre part au renouvellement urbain et à l’embellissement de notre arrondissement. Il y a la peine et la désolation soulevées par la mémoire de la Shoah. Il y a enfin le plaisir d’offrir à toutes et tous, aux enfants comme aux adultes, aux piétons comme aux cyclistes, aux habitants comme aux commerçants, un lieu pacifié et partagé, un espace renouvelé, une place vivante et humaine.

Au cœur de ce quartier en plein renouvellement, je souhaite de tout mon cœur que la place Jan Karski soit le premier jalon, soit la première pierre, d’un édifice collectif. Celui du mieux vivre-ensemble, celui de la mise en commun et des rencontres, celui de l’apaisement de la vie urbaine.

Bientôt, autour de cette place ouverte sur son environnement, pensée par, construite pour, et offerte à toutes et tous, sortiront de terre une pépinière de la mode éthique et durable dans l’ancienne caserne Château-Landon, un hôpital Lariboisière modernisé, une gare du Nord métamorphosée, un jardin suspendu au-dessus des voies de la gare de l’Est, ou encore la Promenade urbaine le long des boulevards. Tout un quartier en pleine transformation, et qui s’adapte à la ville et à la vie de demain.

Oui, dans cette place Jan Karski, et pas seulement en raison de son implantation sur une passerelle, je veux voir un véritable trait d’union. Entre les familles qui y habitent et les simples promeneurs ; entre le Nord et le Sud de l’arrondissement ; entre les faubourgs et les boulevards ; entre la ville d’hier – celle des réseaux urbains, des chemins de fer, des industries et des artisans, et celle de demain, que nous voulons durable, équilibrée, accessible, ouverte et dynamique.

Trait d’union enfin, et peut-être surtout, grâce au nom de Jan Karski. Grâce à ce nom qui, au cœur de l’épouvante a signifié la survie de la lumière. Oui, trait d’union entre le passé et l’avenir de l’humanité, entre l’Histoire et la vie.

C’est une fierté profonde que de voir le nom de cet homme s’inscrire ici, dans le 10e arrondissement. Ce territoire populaire, comme tout le Nord et l’Est parisiens, a été marqué du signe de la tragédie, a été marqué par l’horreur de la Shoah. Ici, ce sont quelques 2500 hommes et femmes qui ont été conduits vers les camps de la mort. 2500 hommes et femmes, parmi lesquels 717 enfants.

Ces 2500 personnes furent vivantes, elles furent aimées, elles furent aimantes. Elles eurent un passé et des rêves d’avenir. Elles ont souffert la faim, la peur, le froid, l’asservissement, l’humiliation, la mort. Et parfois, grâce à des hommes et des femmes de bien, grâce à des Résistants, des combattants, des humanistes, des Justes, elles ont été sauvées de l’enfer.

Et c’est pourquoi, dans ce quartier qui a connu des témoins essentiels et inlassables – j’ai d’ailleurs une pensée émue pour Addy Fuchs, qui nous a quitté il y a quelques mois – rendre hommage à un héros comme Jan Karski, est, je le crois, un si beau symbole.

Cette place portera le nom d’un Résistant intrépide et d’un messager infatigable ; elle portera le nom d’un homme dont la clairvoyance et la bienveillance ont été absolues et entières ; d’un Polonais catholique, qui a su ne voir dans ses compatriotes juifs, simplement que ses frères en humanité.

Mesdames et Messieurs, en Jan Karski, il y a une vie de courage, de droiture et d’engagement, qui ne cesse de nous étonner. En Jan Karski, il y a le héros qui a dit au monde ce qu'il savait de l’horreur. En Jan Karski, il y a la tragédie d’un messager de l’Histoire dont le témoignage, s’il a été entendu, n’a pas suffi à enrayer l’abomination.

Rendre hommage à cet homme, comme à toute autre figure d’une telle ampleur, c’est donc, quoi qu’il advienne, quoi que l’on fasse, quoi que l’on dise, un bien trop maigre tribut. Mais j’y vois cependant un impérieux devoir : celui de ne jamais oublier, celui de toujours se souvenir.

Cette place, et j’en suis heureuse et fière, ancre désormais cette mémoire dans le 10e arrondissement. Et contre la férocité de l’Histoire et des Hommes, je veux croire que cet espace nouveau et renouvelé sera celui de la tolérance, de la convivialité, et de l’harmonie entre toutes et tous.

Je vous remercie.

Dernière mise à jour le mercredi 24 juillet 2019
Crédit photo : Mairie 10

Restez connecté

Lettre d'information du 10e arrondissement

Pour suivre l’actualité de votre arrondissement, inscrivez-vous à la newsletter !

Je m'abonne

Paris j'écoute

11h5712h56
@roualloche
@Parisjecoute Comment peut-on accéder au plan de déplacement de Paris ?
@Parisjecoute

@rouallo Bonjour, vous le trouverez ici : http://ow.ly/4mIVUC Bonne journée !

17h1916h39
@mlauribault
@Paris Où se situent les nouveaux espaces verts ? Merci.
@Parisjecoute

@mlauribault Bonjour, Vous trouverez tous les détails sur les nouveaux espaces verts ici : http://ow.ly/10Ctk8 Bonne journée.

14h814h53
@Djackbroute
@Parisjecoute Bjr, ou est-il possible d'avoir des données concernant l'estimat° du trafic routier à long terme dans certaines rues de Paris?
@Parisjecoute

@Djackbroute Bonjour, il est possible que cette page du site de la Préfecture réponde à votre demande : http://ow.ly/10C9PR

10h5713h1
@nicostewz
@Paris Bonjour, savez-vous si l'affiche de l'inauguration de la Canopée est dispo qqe part?
@Parisjecoute

@nicostewz Bonjour, il n'y en a malheureusement plus. Bonne journée ! cc @Paris

Restez connecté